Archive for the ‘politics’ Category

Qui est Johnny Hallyday?

13 March, 2010

Johnny Hallyday (Jean-Philippe Smet)

For foreigners, the enduring popularity of Johnny Hallyday remains, along with the Imperfect Subjunctive, one of the most impenetrable mysteries of French culture. He’s been in the news a lot lately because of health problems and there is talk of legal action  against his surgeon for malpractice. So who is he?

Johnny Hallyday (de son vrai nom, Jean-Philippe Smet) est né à Paris en 1943. Après la séparation de ses parents, il vit avec sa tante qui l’encourage de chanter et de danser.

Vers la fin des années cinquante, Johnny se passionne pour la musique d’Elvis Presley et enregistre des reprises de ses chansons. A dix-sept ans, il fait sa première apparition à la télé où il fait semblant d’être d’origine américaine, un mensonge qu’il avouera plus tard. Il devient vite l’idole des jeunes et ses concerts sont marqués par l’hystérie collective que nous associons aux concerts des Beatles.

Johnny est inspiré par tout ce qui est américain: il porte un nom à l’américaine, il chante des reprises des classiques américaines, il porte des bottes de cowboy et des Levis délavés, il est souvent photographié sur son Harley-Davidson – bref, il fait tout pour s’éloigner du stéréotype du Français moyen. Il a vendu presque 100 millions de disques dans le monde francophone, dont quarante disques d’or. Malgré tout ce succès il reste inconnu du monde musical anglo-saxon (Etats-Unis et Royaume-Uni).

Sa vie sentimentale est compliquée: cinq mariages, dont deux avec la même femme. En 1996, il épouse Laeticia: il a cinquante-trois ans; elle a vingt et un ans. La cérémonie est célébrée par le maire de Neuilly, Nicolas Sarkozy, un de ses fans.

Ces dernières années, à la grande déception de ses fans, il se plaint de payer trop d’impôts et il s’est acheté des maisons en Suisse et à Monaco. Il a même essayé d’obtenir la citoyenneté belge pour essayer de réduire ses contributions fiscales.

“Je suis d’accord de payer des impôts, mais il y a une limite”, a déclaré le chanteur à un quotidien suisse. “Avant, je versais plus de 70% (de ses revenus, au fisc français). Avec ce que j’ai payé dans ma vie, j’aurais pu faire vivre plusieurs familles pendant des générations”.

Ses fans ont exprimé leur mécontentement sur le web et certains ont même organisé une pétition pour protester contre << son égoisme >> dont voici le texte: Nous protestons contre l’égoïsme de Monsieur Johnny Halliday [sic] qui refuse lachement [sic] de payer la part d’impôts qui lui revient grâce à la générosité de ses fans. Nous demandons à Johnny de maintenir son domicile fiscal en France quelque soit l’endroit où il choisisse de vivre !

À vous maintenant.

Section A:

  1. Rédigez une lettre de protestation à un chanteur ou à un groupe irlandais qui essaie d’éviter sa part d’impôts.

Section B:

Ecoutez ce reportage de RTL et répondez aux questions suivantes:

  1. Where was a photo of Johnny Hallyday published?
  2. How did he look?
  3. How old was the photo?
  4. Which magazine had already published the photo?
  5. What edition number carried the photo?

Les Gros Mots

20 December, 2009

Paul Gogarty - Irish Times

Are the French really any different from the Irish? Well, obviously, we all know they wear berets, eat snails, frogs’ legs and steak tartare, and drink gallons of artery-cleansing red wine; we, on the other hand, wear Aran jumpers, and prefer colcannon, boxty and greasy sausages washed down by pints of  the black stuff. But these  mindless clichés aside, are there any real, interesting differences between the two nations we can identify? Comparing how two reasonably similar displays of inappropriate behaviour in our respective national parliaments were handled recently might be an interesting way to start. In the Irish corner we have the Paul Gogarty ‘outburst’, as it’s being called. In case you missed it, here’s the official transcript of part of a Dáil debate on 11 December, where Green Party TD, Paul Gogarty, had the following exchange with Emmet Stagg:

Deputy Paul Gogarty: Information Zoom I respected the Deputy’s sincerity and I ask him to respect mine.

Deputy Emmet Stagg: Information Zoom The Deputy does not seem very sincere from what he has been saying.

Acting Chairman: Information Zoom Deputy Stagg will have his opportunity in a few minutes.

Deputy Paul Gogarty: Information Zoom With all due respect, in the most unparliamentary language, f*%k you Deputy Stagg. F*%k you.

Acting Chairman: Information Zoom Hey. Excuse me, Deputy Gogarty, that is most unparliamentary language.

(I’ve doctored Gogarty’s words slightly to spare your blushes.)

This video may be unsuitable for anyone embarrassed by the sight of a politician making an idiot of himself:

Choquant, non? C’est la première fois qu’un député utilise les gros mots à l’Assemblée nationale avec tant de férocité, autant que je sache. Et quelle a été la réaction du chef du Green Party, John Gormley? Il est ‘très déçu’. Voilà, c’est tout. Et Gogarty ne subira aucune sanction.

Noel Mamere - France 2

Noël Mamère - France 2

Par contre, l’Assemblée nationale française semble être plus exigeante en ce qui concerne le comportement de ses députés. Lors d’une récente invasion de l’hémicycle (the chamber) le 2 décembre par un groupe d’écologistes, un député, Noël Mamère, lui aussi des Verts, a fait un bras d’honneur –  un geste très français, un peu l’équivalent de ‘montrer à quelqu’un le doigt’ pour utiliser l’expression anglaise – en direction des députés de la majorité. La réaction? Il a été beaucoup critiqué par ses collègues qui lui reprochaient son manque de respect pour l’Assemblé nationale et pour la démocratie représentative. La sanction? Mamère recevra une lettre de rappel solennelle et il paiera une amende – un quart de son salaire mensuel, soit 1.300 euros.